dilluns, 3 de gener de 2011

Oui, c'est moi




per fi ha arribat a les meves mans el nº 58 de la revista quebequesa de poesia Exit, amb un monogràfic dedicat a la jove poesia catalana: "Les voix ne dorment jamais". Amb la participació d'Àngels Gregori, Teresa Colom, Laia Noguera, Núria Martínez-Vernis, Jordi Nopca, Josep Pedrals, Esteve Plantada i jo mateixa.
Oui, c'est moi, moi en français:



***

je me détache de l'un
pour me dresser
devant l'insignifiance
être infime
être un détail
douce petitesse
m'immerger à noveau
dans la jeunesse
d'une origine utérine
indulgente et mielleuse
ne pas avoir à rendre comptes
a la totalité
que pour être réel
ce n'est pas plus vraisemblable
aspirer à une gentillesse impropre
ronchonner contre sa nature irritée
vouloir être plus libre
en transigeant à l'esclavagisme
en faisant de la vie
triste foule
de coupons
puzzle vital
multitude d'instants



***
je perds l'equilibri
j'essaie de suivre la ligne
de ne pas sortir du chemin
un pied devant l'autre
contenir le désir
répréhensible à nouveau
pour penser en l'ici
et le maintenant seulement
sans avoir peur
de ce qui viendra après
et si un pied sort
je perds l'équilibre
il n'y a rien de plus grotesque
tout l'espoir
devenu inquiétude
parce que je tombe dans l'abîme
que je connais si bien
puits sans fond
qui glouton m'attrape
et me boit
et je me fonds
et maintenant je ne suis plus moi
je suis seulement une goutte
d'une eau noire
et épaisse
de faute et de tristesse
charmée

la funambule émotionnelle
s'est trompé à nouveau
dans son calcul différentiel



***

parfois nous nous déplions dans la totalité
et nous nous replions dans l'insignifiance
comme un battement
comme un coup sec
inspirer et exhaler.
Ce n'est pas de vivre
que nous entendons le rire
et la lisière de l'incertitude
s'élargit et te contraint.
C'est du silence
la dalle que tu sens maintenant dans ton sein
quelqu'n n'a pas fermé la fenêtre
et maintenant le vent en prend soin avec courage.
Comme un battement
comme un coup sec
inspirer et exhaler.
C'est un carrillon, un tambour
ou mon moi
qui veut se sentir distrait
et cherche son réflexion
dans un hasard du vent.
Il n'est pas du tout à moi ce silence
et l'après midi s'enfonce
dans le midi qui passe
et l'après qui arrive

3 comentaris:

  1. Ooooh! Són fantàstics, m'els hauré d'estudiar per poder identificar-los!
    Acabes de donar un nou nivell al blog!


    maria

    ResponElimina
  2. només sóc una gota
    aigua negre
    gruixada
    de culpa i tristesa
    m’agrada estimada!

    ResponElimina